Peut-on vraiment voyager en solo dans un monde plus connecté que jamais?

21.06.23

La couverture était ornée d'une citation d'Ernest Hemingway. "Pour écrire sur la vie, il faut d'abord la vivre". Quel cliché, me suis-je dit. Mais j'étais loin de me douter à quel point la citation figurant sur ce journal que mon directeur m'avait offert en guise de cadeau d'adieu résumerait mon premier voyage en solo au lac Louise en septembre 2022.

J'ai pleuré avant le décollage. Mais depuis mon siège côté hublot dans l'avion en provenance de Kitchener, je me suis souvenue de la raison pour laquelle je faisais cela. Je n'avais jamais pris l'avion toute seule. Je n'avais même jamais voyagé seule. Je n'avais jamais fait quelque chose comme ça, uniquement pour moi. Je voulais tester mon autonomie. J'avais peur, bien sûr. Mais hâte aussi.

Je n'avais jamais fait quelque chose comme ça, uniquement pour moi. Je voulais tester mon autonomie. J'avais peur, bien sûr. Mais hâte aussi.

Lorsque je suis sortie de ma chambre privée à l'auberge, j'ai enfin vu le village où l'on m'avait déposée tard dans la nuit. Dans l'air frais, j'ai respiré l'odeur de l'épicéa et du pin. J'ai ressenti le courant de la rivière Bow sous le pont en béton sur lequel je me trouvais. J'ai levé les yeux vers les montagnes qui m'entouraient. Je n'arrivais pas à croire qu'un endroit aussi beau puisse simplement... exister. Si ce n'est que le village, me suis-je dit, j'ai hâte d'arriver au vrai parc. Et lorsque je suis sortie de la fourgonnette de Parcs Canada plus tard dans la journée, je n'ai pas été déçue.

Il y a quelque chose de magique lorsque tu découvres un lac de l'Alberta pour la première fois. C'est mystique et captivant. Comme tous les autres touristes aux yeux écarquillés, j'ai été immédiatement attirée par l'eau bleu-vert du lac Moraine. Et, comme tous les autres touristes, j'ai rapidement sorti mon appareil photo pour prendre une photo. Rapidement, je l'ai rangé. Je faisais cela pour moi, me suis-je rappelé. Cela signifiait pas de photos et pas de médias sociaux. Cela signifiait s'imprégner du moment présent.

Je me suis assise à côté d'un vieil homme pour admirer l'eau cristalline aigue-marine et les falaises monumentales. Nous avons parlé de la beauté du paysage et du fait qu'il était dommage que la plupart des touristes n'en fassent l'expérience qu'à travers l'objectif de leur téléphone. Il m'a demandé si j'avais visité la "vue à vingt dollars". Je ne l'avais pas fait. Il m'a incité à le quitter et à faire de la randonnée jusqu'au sommet. Alors qu'il m'encourageait à grimper jusqu'au belvédère, il semblait triste de ne plus pouvoir le faire lui-même.

Tout en grimpant, j'ai pensé à la façon dont je transmettrais notre conversation à mon grand-père lorsque je retournerais à Kitchener. J'ai aussi pensé aux souhaits que mon grand-père avait pour mon voyage et à tous les endroits où il espérait que je m'arrête, comme le bord du lac Louise et le Jasper Park Lodge à Jasper. J'ai également pensé aux sites des Rocheuses que ma famille et mes amis avaient partagés avec moi - comme les vues depuis les sommets de la Big et de la Little Beehives et du Rockpile, où je me rendais. Je les ai rapidement ajoutés à ma liste mentale d'endroits à visiter. Ma liste de cases à cocher ne cessait de s'allonger.

En parcourant les sentiers entourant le lac Moraine, j'ai pris des photos et des vidéos et j'ai essayé de mémoriser chaque détail à couper le souffle - des nuances de rouge et de bleu dans les montagnes à la température de l'eau et à la sensation de stabilité de la roche sous mes pieds. J'ai réfléchi aux mots que j'utiliserais pour décrire mon expérience et aux parties de mon voyage qui mériteraient d'être décrites. J'ai pensé aux gens à la maison, comme mon grand-père, qui comptaient sur moi pour revenir avec des histoires - pour m'engager pleinement dans mon voyage en leur nom. Et je voulais vraiment pouvoir ramener au moins une partie de l'aventure qui nourrissait mon âme. Bien que je ne l'aie pas reconnu à l'époque, je me rends compte aujourd'hui qu'en cherchant à mémoriser tous les détails, je me privais de ma capacité à rester dans l'instant présent. Après une journée pleine d'exaltation et de tranquillité simultanées, j'avais hâte d'explorer les sentiers du lac Louise le lendemain matin.

J'ai haleté bruyamment en remontant le sentier du lac Agnes. C'était plus raide que ce à quoi je m'attendais. Je me suis arrêtée pour regarder le Château Lake Louise avant de poursuivre mon chemin, mais mon attention a été attirée par l'épinette d'Engelmann à côté de moi. J'ai apprécié la beauté de sa simplicité : ses branches courtes, son écorce craquelée et sa haute stature, qui n'est pourtant pas imposante. Mais j'ai ramené mon attention vers l'avant - la vue est au sommet, me suis-je rappelé. Je devais persister.

Le sentier irrégulier était bordé de rochers déchiquetés et de racines exposées. Plus je m'éloignais du bord du lac, plus j'étais capable de me concentrer sur la cadence de mes pas et le souffle de ma respiration. Je me suis arrêtée pour faire une pause et c'est alors que je l'ai entendue : ma voix intérieure, qui racontait ma randonnée, étape par étape. "Ai-je trop réfléchi à la façon dont je veux partager mon expérience plutôt que de la vivre réellement?" me suis-je demandée. Après tout, ce voyage était censé être pour moi. Je me l'étais même rappelé en rangeant mon téléphone au début de la visite du lac Moraine. Mais malgré tout, le besoin de performer, de partager et de voyager d'une manière qui satisferait les autres s'est insinué en moi. J'ai réfléchi à mon itinéraire, que j'avais en grande partie élaboré en fonction de ce que je pensais que les autres attendaient de moi. Je me suis rendu compte, alors que j'étais assise sur un tronc d'arbre à moitié ombragé à mi-chemin du lac Mirror, que j'avais essayé d'écrire mon histoire avant de me donner la chance de la vivre.


Je n'aurais peut-être pas dû oublier la citation d'Hemingway aussi rapidement...

En te donnant la permission d'oublier des éléments et des détails de l'histoire, tu améliores ton expérience vécue.

À ce moment-là, j'ai décidé de prendre moins de photos de ce que je considérais comme " normal ". Je me suis plutôt demandé ce que je voulais faire - et comment je voulais le faire. Si ma famille veut voir des photos du Château Lake Louise, elle peut les chercher sur Google Images, ai-je décidé. Il y en avait déjà beaucoup. J'ai plutôt porté mon attention sur un papillon qui, même si ce n'était pas quelque chose que je n'avais jamais vu auparavant, m'a beaucoup plus touchée que l'hôtel le plus réputé ne le fera jamais.


À partir de ce moment-là, j'ai continué à prendre des photos pour me souvenir de mon aventure, mais j'ai essayé de me concentrer davantage sur l'expérience elle-même, c'est-à-dire les images, les sons, les sensations et les odeurs. Je me suis également efforcée de ne pas photographier toutes les vues sous tous les angles et de ne pas photographier tous les éléments de mon voyage. J'ai décidé de garder certains moments pour moi. Neuf mois plus tard, ces moments, bien que non photographiés et non partagés, sont toujours ceux que je chéris le plus.

Je pense que cela se résume à la dichotomie qui existe entre voyager par et pour soi-même, et être un participant social dans une société hyperconnectée. Toute notre vie, on nous apprend à répondre aux attentes des autres, à nous connecter, à impressionner et à partager avec les autres. En voyageant, j'ai été forcée de faire face à ces attentes intériorisées - l'idée qu'il y a une "bonne façon" de voyager (et d'être) et la motivation d'entrer en contact avec les autres en leur racontant ma vie (pas seulement en ligne, mais aussi en personne). De nombreuses dimensions sociales ont contribué à mon incapacité à rester dans le moment présent. En reconnaissant qu'elles ne me servaient pas, j'ai dû travailler consciemment pour cesser de m'y conformer.

Pour moi, voyager véritablement en solo signifie maintenant voyager sans autres attentes que les tiennes - ou sans attentes du tout! Et même si les photos et les carnets de voyage aideront toujours à préserver un souvenir (que ce soit pour toi ou pour le partager avec d'autres), l'expérience doit toujours passer en premier. En te donnant la permission d'oublier des éléments et des détails de l'histoire, tu améliores ton expérience vécue. Tu te donnes la liberté d'être, ce qui, ironiquement, finit souvent par donner une meilleure histoire.

Je suis rentrée tard un mardi soir et j'ai pénétré dans une maison vide. Au cours de la semaine qui a suivi mon premier voyage en solo, j'ai parlé de mes voyages à mon grand-père pendant 20 minutes au maximum et je n'ai partagé qu'une fraction de l'émerveillement que j'avais éprouvé avec mes ami.e.s avant qu'ils et elles ne se remettent à parler d'eux-mêmes. Mes parents étant en quarantaine, je n'ai pu leur parler de mon voyage que par appel vidéo, ce qui, dans ma famille, ne dure jamais longtemps. Mais chaque fois que j'étais seule, je sentais encore en moi les empreintes des montagnes et des ruisseaux. Je pouvais encore ressentir l'expérience, et cela valait de toute façon bien plus qu'une simple histoire.

À lire aussi

Le guide du backpacker pour gérer le trac avant un voyage

Qui a besoin de stresser avant même d'avoir fait ses valises?
16.02.24
...

Comment faire l'expérience d'une vraie cabane à sucre au Québec

C'est tout un art de consommer du jus d'arbre.

16.02.24
...

Tu as le blues de l'après-voyage. Et maintenant?

Quand ta valise est défaite, mais que ton coeur est encore en voyage.
12.02.24
...