Voici comment 2020 va changer notre façon de voyager

28.01.21

Une année aussi intense et différente que 2020 peut certainement laisser un impact. Après des mois et des mois à faire profil bas dans notre chez nous, il n'est pas surprenant que beaucoup d'entre nous aient pris le temps de réfléchir à la façon dont nous pourrions voyager différemment à l'avenir. Peut-être que la bucket list de 2019 n'est plus aussi attrayante qu’avant. Peut-être es-tu plus attentif à la façon dont tu voyages, à l'endroit où tu voyages et, surtout, à la raison pour laquelle tu voyages. Nous avons discuté avec certains de nos contributeurs et influenceurs HI pour savoir comment ils se portent et comment l'année passée a influencé leur vision du voyage. Sachant que ces personnes vivent toutes du voyage, de leurs récits et de leurs images, il n’est pas difficile de croire que leurs opinions sur le sujet sont poignantes et surtout, pertinentes. Voici donc la vision de quelques-uns d’entre eux suite à cette année haute en couleur.

Montréal a été l'une des villes les plus touchées du Canada tout au long de la pandémie, et je n'ai pas voyagé depuis déjà près d'un an. Rester sur place m'a aidée à comprendre pourquoi je voyageais autant ; j'aime explorer de nouveaux endroits et parler à des étrangers, mais - plus que tout - j'aime fuir. L'engagement est difficile pour moi, mais j'ai trouvé des moyens plus sains de le gérer maintenant au lieu de partir dans les montagnes. La prochaine fois que je voyagerai, ce sera pour les bonnes raisons !

Chloe Rose Stuart-Ulin, @chloerosewrites

San Andres Cholula Mexico

J'ai vécu à Playa del Carmen, au Mexique, pendant toute la durée de la pandémie. Le fait de vivre dans un épicentre touristique au Mexique a modifié ma vision des "voyages essentiels" pendant la période du COVID. Alors que de nombreuses personnes dans le monde peuvent considérer le voyage comme un luxe ou un privilège, d’autres gens dépendent du tourisme pour survivre. Ceux qui travaillent dans l'hôtellerie et le tourisme dans les pays en développement ne considèrent souvent pas le voyage comme irresponsable à l'heure actuelle. Pour beaucoup, ils sont essentiels pour nourrir leur famille, et les risques liés à la COVID sont nettement moins graves que les conséquences de l'absence de voyage.

Alors que les personnes les plus vulnérables du monde entier reçoivent le vaccin et que nous trouvons des moyens de reprendre l'exploration de la planète, j'encourage tout le monde à se pencher sur la façon dont ils voyagent. Quels sont les pays qui ont le plus besoin de tes dollars touristiques ? Peux-tu trouver des agences de voyages locales au lieu d'acheter des excursions par l'intermédiaire de ton agent de voyage ? Les restaurants où tu manges sont-ils des établissements locaux ?

Personnellement, j'ai hâte de reprendre le voyage de façon sûre et responsable. Je suis plus consciente que jamais que mon âme n'est pas faite pour s'enraciner, mais dans mes futurs voyages, je serai beaucoup plus consciente de l'endroit où je dépense mon argent afin qu'il ait le plus d'impact possible sur les communautés locales.

Danielle Owen

Medellín, Colombia

J'ai toujours été favorable à une approche lente des voyages, et je pense que je me sens encore plus forte à ce sujet maintenant. Je pense que la COVID nous a appris à ralentir totalement, à apprécier (et même à remarquer) les petites choses et à nous contenter de vivre plus simplement. À mon avis, cela s'applique aux voyages où, au lieu de vacances luxueuses à l'intérieur et à l'extérieur d'un seul et même endroit, nous pourrions plutôt choisir un paradis local, hors des sentiers battus. Ou, pour ceux d'entre nous qui s'aventurent au-delà des frontières canadiennes, peut-être déciderons-nous de rester un peu plus longtemps, d'engager des guides de petites entreprises familiales et de faire un effort pour mieux connaître les cultures et les communautés. 

-  Sinead Mulhern

Kebumen, Indonesia

L'année 2020 a laissé un trou dans beaucoup de nos vies, mais il y a moyen de continuer à nourrir nos âmes. Nous devons continuer à rêver de voyages afin que, lorsque nous nous sentirons en sécurité et capables de nous aventurer à nouveau, nous ne prenions pas un seul instant pour acquis. Souviens-toi de tes anciennes expériences, cherche l'inspiration pour tes futurs voyages et continue à dresser ta bucket list. J'espère que le monde redeviendra sécuritaire pour tous les amoureux du voyage et qu'ils pourront l'explorer à nouveau, non pas aujourd'hui, ni demain, mais un jour.

J'ai personnellement eu la chance de continuer à voyager l'année dernière, même si tout semble un peu différent maintenant. J'ai exploré des coins de mon jardin que j'avais stupidement remis à plus tard jusqu'à la pandémie, notamment en faisant du backpacking dans les Rocheuses, en parcourant le sentier Juan de Fuca et en voyageant sur l'île de Vancouver.

Mon mode de vie digital nomade ne me rattache pas à un bureau, donc quand je me suis sentie en sécurité et que j'ai été contrainte de passer à l'étape suivante, j'ai profité de l'ouverture des frontières du Mexique et je suis allée y travailler pour l'automne. Je ne recommanderais pas à tout le monde de prendre l'avion pendant une pandémie, mais, en tant que personne dont la carrière et le bonheur sont directement liés au voyage, c'était pour moi la bonne décision. Après être rentrée au Canada, avoir passé deux semaines en isolement puis Noël avec ma famille, j'ai obtenu un résultat négatif au test COVID-19, je suis montée dans un autre avion et je suis maintenant basée au Cap, en Afrique du Sud.  C'est l'endroit où j'ai rêvé durant toute la quarantaine, l'endroit qui nourrit mon âme et où l'inspiration et les opportunités circulent, et je sais qu'il n'y a nulle part ailleurs où je suis censée être. J'espère que d'autres nomades pourront aussi trouver un moyen de maintenir ce rêve en vie en toute sécurité.

Kellie Paxian, @kelliepaxian

Cape Town South Africa

Lorsque le vaccin aura été distribué à une majorité de gens, je serai dans le premier avion qui quittera les Rocheuses canadiennes. Non pas pour voyager pour le plaisir, mais pour rentrer chez moi. Pour voir ma mère et mon père et tous ceux que j'aime en Écosse, d'où je viens.

En dehors de ce voyage, que j'espère long, lent et agréable, je n'ai plus envie de prendre l'avion pour le Portugal, l'Australie, la Thaïlande ou ailleurs. Avant la pandémie, je réfléchissais déjà beaucoup au coût du carbone pour considérer mon bonheur personnel comme étant, selon les mots de George Monbiot, "digne du sacrifice de la biosphère et de la vie des pauvres". Rêvant de la façon dont nous pourrions redéfinir les voyages, je lisais des essais et des études sur la façon dont le monde pourrait être, par exemple, doté de réseaux de trains à grande vitesse au lieu d'avions qui traversent les pays. Je lisais comment des sociétés plus justes, où les gens ordinaires ont plus de temps libre et moins de problèmes financiers, signifieraient que les vacances cesseraient d'être la seule source de plaisir dans une vie ordinaire. Cette façon de vivre semble bien loin, mais j’y ai pensé.

Je me suis dit que je pourrais aussi bien utiliser ce temps pour voir si ne pas bouger peut être aussi bien, aussi excitant et frais et nouveau, que de voyager dans un nouvel endroit. Pour le savoir, j'ai appris à suivre les animaux, les nuages et toutes les autres choses qui bougent, là où je vis. Souvent, je rêve encore de la lumière de l'Atlantique. Je rêve encore du Portugal, de tartes à la crème et de m'asseoir seule sur une véranda au soleil. D'autres fois, je sens vraiment que les rochers, les rivières et les empreintes de pattes autour de moi peuvent suffire. C'est ce sentiment que j'espère apporter avec moi lorsque nous sortirons de la pandémie.

Ailsa Ross

Moraine Lake Alberta

Dès que le voyage international reviendra à la normale, je ne suis pas certain que je me précipiterai à l'aéroport pour prendre un avion à l'autre bout du monde. Un nuage d'incertitude plane encore un peu sur le globe et de nombreuses destinations (et les compagnies aériennes qui vous y emmènent) prennent leur temps pour rebondir.

Toutefois, ça ne veut pas dire que je resterai enfermé à l’intérieur comme nous l'avons tous été au cours de l'année dernière. J'ai plutôt l'intention d'explorer un peu plus près de chez moi, tous ces endroits locaux qu’on se dit qu’on visitera un jour, mais qu’on ne voit jamais. Je compte explorer mon petit coin de pays, et mon portefeuille s’y portera mieux.

Tom Smith

Venice Italy

Étant indienne, j'ai toujours considéré le voyage comme un énorme privilège, car je n'ai pas vraiment pu voyager en grandissant. Aujourd'hui encore, pour de nombreuses familles indiennes du monde entier, les voyages et les vacances à l'étranger sont considérés comme un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre. Je n'ai pas vraiment réalisé avant 2020 que, quelque part en cours de route, je commençais moi aussi à considérer les voyages comme normal et commun. Après avoir été une grande voyageuse pendant les huit dernières années, une partie de moi a commencé à croire que je pouvais aller n'importe où, n'importe quand, et que le monde m'y attendrait à bras ouverts. L'année 2020 a été un grand choc et m'a offert beaucoup plus de perspectives. J'ai réalisé à quel point je devais être reconnaissante du privilège de voyager et du privilège d'avoir un chez-moi lorsque les frontières du monde entier se sont fermées.

La pandémie a montré clairement, plus que jamais auparavant, que des villes comme Venise, qui étaient auparavant confrontées à un tourisme de masse, ont besoin de temps et d'espace pour respirer. Lorsque les voyages reprendront, j'ai l'intention de continuer à visiter des villes secondaires et des petites villes, des endroits éloignés où la nature est abondante et, en général, des endroits où les foules peuvent être évitées.

Alors que je chercherai toujours, de façon égoïste, à visiter de nouveaux endroits pour leurs paysages à couper le souffle et les expériences uniques que je peux y vivre, je me sens maintenant attirée par les voyages qui me permettront de participer à des projets liés à l'écotourisme, au changement climatique et à l'environnement, où je peux apporter ma contribution grâce à mon temps et à mes compétences - ce que j'ai fait au milieu de la vingtaine, mais que je n'ai pas fait ces dernières années. 

Natasha Amar, @thebohochica

Leh, India

Tout au long de l'année dernière, nous avons été contraints de faire appel à notre imagination tout en restant chez nous. Je pense que nous sommes devenus plus nostalgiques que jamais. Nous avons dû revivre les expériences passées et les regarder avec un nouveau regard et un nouveau sentiment de gratitude (d'où tous les retours en arrière d'Instagram que nous avons vus toute l'année). Ces derniers temps, j'étais désespérée de rencontrer des étrangers venus de coins du monde où je n'étais jamais allée, qui ont un point de vue et une vie complètement différents de moi. La spontanéité de rencontrer des gens sur la route, que ce soit dans mon auberge ou dans le monde entier, me manque. Ce sont ces moments-là qu'Instagram ne saisit pas vraiment.

À une époque où personne n'est vraiment autorisé à voyager, je pense que les voyages sont devenus plus importants que jamais.

La pandémie m'a fait ressentir beaucoup de choses. Mon partenaire et moi avons l'intention de nous rendre d'abord en Irlande, où vivent ses parents, dès que possible. Ils sont rentrés dans leur pays cinq mois avant le début de la pandémie, et nous ne les avons pas revus depuis.

Par-dessus tout, nous souhaitons des vacances plus longues, et des plans de voyage plus lents qui ne sont pas nécessairement centrés sur les grandes villes. Lors de notre voyage d'été au Québec en 2020, nous avons été émerveillés par la campagne, et en repensant à ces moments, ce que j'ai vécu en milieu rural québécois a changé la façon dont je voyais la province elle-même. Nous aimons la spontanéité des roadtrips, et nous sommes impatients d'en intégrer davantage dans nos voyages internationaux. 

J'espère vraiment que la culture des vacances changera en Amérique du Nord. C'est mon plus grand rêve, car je trouve que ces courtes vacances d'une ou deux semaines amènent les gens à faire des choix potentiellement destructeurs. Ils prennent le plus de vols à bas prix possible en une fin de semaine pour tout voir en peu de temps, ou ils surpeuplent les villes portuaires avec d'énormes bateaux de croisière. Je me demande comment les employeurs réagiront si leurs employés veulent prendre des congés plus longs après la fin de la pandémie. Je prie pour que les gens réclament collectivement plus de temps de vacances et puissent prendre une pause bien nécessaire. 

Nous sommes à un moment de l'histoire où nous devons envisager les choses différemment : crise sanitaire mondiale, racisme et oppression systémiques, changement climatique. Les voyages nous aident à changer nos points de vue et à nous adapter, même si c'est de façon imparfaite, à des situations différentes. Tout comme la pandémie, les voyages nous montrent que le changement est la seule constante. Il met en lumière les liens qui nous unissent grâce à notre humanité commune, même si nous sommes plus éloignés les uns des autres que jamais auparavant. À une époque où personne n'est vraiment autorisé à voyager, je pense que les voyages sont devenus plus importants que jamais.

Erin Pehlivan, rédactrice fondatrice de Return Trip

Roadtrip In Ireland

J’ai pris conscience que tout peut basculer en quelques secondes et qu’on n’a aucun contrôle là-dessus. J’ai réalisé l’importance de notre qualité de vie, mais par conséquent aussi notre environnement. Je suis plus que jamais inquiète des changements climatiques, du traitement des déchets et j’essaie le plus possible de voyager de manière responsable.

Je vais prendre cette occasion pour visiter ma région et mon propre pays. Je suis allée dans les Rocheuses cet été, car je ne pouvais pas me rendre en Californie où j’avais prévu un roadtrip de deux semaines. Ce n’était pas dans mes projets immédiats, mais je suis plus qu’heureuse de ce changement de plans.

Les raisons et envies de voyager n’ont pas vraiment changé, mais je vais prendre en considération de rentrer plus souvent en France pour voir mes proches. On se sait jamais ce qui peut arriver et je ne veux pas avoir de regrets. 

J’ai hâte de pouvoir socialiser à nouveau et discuter avec des inconnus, écouter leurs récits de voyage. Toutefois, j’apprécie aussi être seule et prendre du temps pour moi. Ça a aussi fait évoluer le genre de vacances qui m’attire. Maintenant, je préfère les activités dynamiques plutôt que le repos au bord de la piscine !

-  Marine Diderlaurent, @offtomontreal

À lire aussi

Calgary nomme un parc en l'honneur des sœurs fondatrices de HI Canada

Les deux sœurs à l'origine de la première auberge d'Amérique du Nord ont été commémorées dans un parc surplombant la ville où elles ont grandi 

09.06.21
...

Les meilleurs marchés alimentaires au Canada pour les moments où tu t'ennuies du reste du monde

Découvre les saveurs du monde entier dans ces marchés alimentaires internationaux, épiceries fines et petits magasins à Vancouver, Calgary, Montréal et Halifax.

01.06.21
...

Comment devenir maître du pique-nique cet été

Améliore tes repas en plein air pendant la saison des pique-niques à l'aide de nos conseils de pro

01.06.21
...