Les auberges : les endroits les plus sécuritaires en voyage selon moi 

(et mes parents !)

23.08.19

Lorsque j’ai annoncé à mes parents que j’avais décidé de voyager seule pendant six mois, ils auraient probablement espéré que je leur annonce une destination autre que Le Cap en Afrique du Sud. Ils auraient sans doute préféré un endroit un peu plus familier, un peu plus près de chez eux et, avec un taux d’homicides plus faible. Tsé, comme tout bon parent.

Mais j’étais prête à partir à l’aventure et j’avais entendu des choses incroyables sur Le Cap. J’avais le goût d’explorer cette ville de classe mondiale et de voir par moi-même ce qu’elle avait de si excitant. Et... je voulais aussi faire de la plongée en cage avec des requins. Je ne vois vraiment pas ce qui aurait pu inquiéter mes parents!

Heureusement, ma mère et mon père m'encouragent toujours dans mes rêves les plus fous et rien ne leur fait plus plaisir que de me voir profiter de la vie. Et puis, comme je suis majeure et vaccinée, ils ne peuvent m’empêcher de voyager. Je suis donc partie pour Le Cap.

À mon arrivée dans cette métropole colorée, j'étais vraiment excitée malgré les avertissements que j’avais entendu. Je savais que l’Afrique du Sud n’avait pas la réputation la plus sûre. En fait, Le Cap se classait alors au 13e rang des villes les plus violentes du monde. Cette statistique justifiait entièrement le besoin d'être légèrement plus prudente, mais j'avais toutefois grandi à Abbotsford, une ville tout près de Vancouver anciennement connue comme la « capitale canadienne du meurtre ». Malgré tout, mon enfance avait été des plus sécuritaire et je savais que ce genre de statistiques pouvait être faussé par la violence ciblée. J’étais une voyageuse allumée avec un bon sens critique et je n’étais pas du genre à suivre une gang de rue dans une ruelle sombre et isolée. Je ne dirais pas que je me sentais invincible, mais je savais comment minimiser les risques - ne pas flasher mes objets de valeur, suivre mon instinct et éviter les coins louches. Et puis, j’allais quand même pas passer ma vie en dessous d’une roche, non?

Je me suis enregistrée au Atlantic Point Backpackers, une auberge affiliée au réseau HI dont les commentaires en ligne étaient très positifs. J’ai déposé mon sac à côté d’un des lits d’auberge les plus confortables dans lesquels j’ai dormi. Mes compagnes de chambre, une Écossaise, une Américaine et une Espagnole, étaient sympathiques et vraiment contentes des activités qu’elles avaient faites au Cap, telles que voir les pingouins à Boulders Beach et faire du parapente à Signal Hill. Tout le monde adorait la ville et j’avais hâte de vivre mes propres aventures!

J’ai avisé mes parents que j’étais arrivée en un morceau et je suis sortie à pied pour explorer les environs qui, selon ce que j’avais lu, étaient sûrs. Je suis immédiatement tombée sous le charme. Le Cap est une ville absolument incroyable, avec un décor montagneux époustouflant, un climat parfait et une atmosphère vibrante. Je me suis rendue au V&A Waterfront, un quartier très animé, à la recherche d’un endroit où dîner et obtenir de l'information sur la plongée avec les requins.

Les auberges de jeunesse sécuritaires au Cap, en Afrique du Sud

On m’a répété 1000 fois de faire attention. J’adorais Le Cap, mais je commençais un peu à m’inquiéter.

Cela dit, plus je parlais aux gens, plus j’avais une sensation bizarre dans le creux de l’estomac. Tous les locaux, de mon chauffeur Uber à mon serveur, en passant par le guide de plongée, étaient surpris d'apprendre que je voyageais seule. On m’a répété 1000 fois de faire attention. J’adorais Le Cap, mais je commençais un peu à m’inquiéter.

J’ai passé le début de mon voyage à explorer la ville, mais sans vraiment me détendre. Je suis restée dans les endroits les plus sûrs autour de mon auberge et je restais à l’auberge une fois la nuit tombée. Le soir est pourtant mon moment préféré de la journée en voyage! Je suis la reine autoproclamée de la piste de danse (petit hommage à ABBA ici pour mes parents).

Un soir, mon auberge organisait un braai pour ses invités : un barbecue sud-africain authentique (et délicieux!). J’y suis allée et me suis vite liée d’amitié avec quelques voyageurs. Beaucoup d’entre eux voyageaient seuls. Quand j’ai su que certains planifiaient d'aller danser après le souper, ma curiosité était piquée. Pour moi, la découverte d’un nouvel endroit passe beaucoup par la vie nocturne. Mais on m’avait bien dit de ne pas sortir seule le soir au Cap.

On a convenu que tout le monde se suivrait et, guidés par quelques employés de l’auberge, on est partis en ville. D’une place à l’autre, mes nouveaux amis se sont assurés de ne pas me perdre le long de Long Street, célèbre pour ses soirées endiablées et ses agressions. Ils m’ont demandé si tout allait bien quand je me suis fait de nouveaux amis au bar et ils ont attendu tout le monde avant de prendre un Uber jusqu’à l’auberge.

C’était vraiment trippant. Être avec de nouvelles connaissances de partout dans le monde dans un nouvel endroit est vraiment grisant… Sans parler de Shakira qui nous a fait danser toute la soirée avec son « Waka waka ay ay, this time for Africa ».

Sortir et être en sécurité au Cap, Afrique du Sud

Je n'avais jamais vu des voyageurs se regrouper et s’entraider comme on l’a fait au Cap.

Quelques jours plus tard, on s’est organisé un petit groupe pour faire l’ascension du Lion’s Head et voir le lever du soleil, un incontournable au Cap. Ce n’est pas quelque chose à faire en solo. On dit que plusieurs personnes se sont fait voler dans l’obscurité au début du sentier. On a donc pris un Uber tôt le matin jusqu’au pied de la montagne et on a grimpé avec le soleil.

Je n’oublierai jamais la sensation de voir le soleil se lever du sommet de la montagne qui surplombe Le Cap. Je me sentais vraiment chanceuse de découvrir un endroit aussi incroyable. J’étais tellement loin de la maison et je jubilais.

La beauté de voyager en solo, c’est d’avoir toute l’indépendance du monde. Toutefois, je n’avais jamais vu des voyageurs se regrouper et s’entraider comme on l’a fait au Cap. J’étais vraiment reconnaissante et... mes parents aussi. 

Le dernier soir de mon voyage, on s’est réunis pour prendre un dernier verre ensemble. J’ai publié une photo de nous sur un toit avec la légende suivante : 

« Mention d’honneur à ces amours de voyageurs qui ont pris soin de moi au Cap. Tout le monde à qui j’ai parlé de mon voyage ici m’a dit d’être prudente, de faire attention. Chaque personne sur cette photo m’a permis d’aller danser et a veillé sur moi pendant mon passage ici. Je leur suis vraiment reconnaissante (et ma mère aussi)! »

Ma mère a répondu en commentaire : 

 « Oui, je suis vraiment très reconnaissante! Merci à vous! Notre porte est ouverte si jamais vous venez à Vancouver! »

Voyager seule en auberge de jeunesse au Cap, Afrique du Sud

Bon, ma mère a tendance à laisser (beaucoup trop) de commentaires sur nos publications à mon frère et moi. Elle le sait, crois-moi, on lui a dit. Mais ce commentaire particulier m’a vraiment fait comprendre à quel point elle était reconnaissante que je sois en sécurité grâce aux gens que j’avais rencontrés à mon auberge. Je ne peux même pas imaginer à quel point mes parents doivent s’inquiéter quand je pars en voyage. Ils veulent juste que je sois heureuse et en sécurité. Et dans un endroit comme Le Cap, c’est en s’entourant de gens qu’on y arrive le mieux.

Quand je voyage seule, séjourner à l’auberge n’est pas seulement la meilleure option pour moi, ça l’est aussi pour mes parents. Plus tard, ma mère m’a dit qu’elle avait été réconfortée quand je lui ai dit que j’avais laissé ses coordonnées comme contact d’urgence à mon auberge. Elle était rassurée de savoir que si quelque chose m’arrivait, l’auberge la contacterait. Je suppose qu’il y a une grande différence entre se demander si quelque chose m’était arrivé et savoir qu’elle serait avisée si quelque chose m’arrivait. Je la comprends!

Mais au-delà des mesures de sécurité de base des auberges (sécurité 24 heures sur 24, entrées et portes de chambres verrouillées), ce qui m’a mise vraiment à l’aise au Cap, c’était d’être entourée d’autres voyageurs, ce qui n’est pas toujours le cas quand on reste à l’hôtel ou dans un hébergement privé. Généralement, les auberges proposent aussi des activités de groupe. Ça veut dire que t’as pas à être seul si tu n’en as pas envie. Et le staff de l’auberge est souvent composé de voyageurs qui connaissent bien les environs et qui peuvent te donner de bons conseils sur la façon de te retrouver en toute sécurité.

En voyage, les gens sont aussi importants que les lieux. À ce jour, je suis toujours en contact étroit avec des amis que j’ai rencontrés à Atlantic Point. J’ai tellement aimé mon expérience que je suis retournée à la même auberge un an et demi plus tard. Je me suis fait de nouveaux amis et j’ai eu encore plus de fun que la première fois… Incroyable, mais vrai! Et cette fois-ci, mes parents n’avaient pas à s’inquiéter parce qu’ils savaient déjà qu’à l’auberge, on peut compter les uns sur les autres!

À lire aussi

10 plats réconfortants canadiens à tester cet hiver

De quoi résister au froid hivernal. 

04.11.19
...

4 raisons qui nous font croire que HI Ottawa Jail est bel et bien hantée !

Une investigation en profondeur sur les faits.

23.10.19
...

Voyager en auberge avec des enfants : un cadeau pour tous !​

Avoir des enfants ne veut pas dire que tu dois arrêter de rester dans les auberges.

23.10.19
...