7 jours dans la nature pluvieuse et sauvage: une aventure en canot au Canada

17.02.23

Nous faisons glisser les canots de leurs roues et pénétrons dans les eaux calmes et verdoyantes du lac Kibbee. C'est notre premier coup de pagaie du voyage de sept jours que nous nous apprêtons à entreprendre. Nous avons déjà subi des averses torrentielles alors que nous récupérions nos locations et notre matériel à l'entrée du parc provincial du lac Bowron et le rapide portage de 15 minutes nous prépare à accueillir et à accepter ce à quoi pourrait ressembler notre vie la semaine prochaine. Mais la pluie s'est arrêtée comme par magie. Pour l'instant.

Nous nous y attendions. Après tout, cela fait six mois que nous nous préparons activement à ce voyage (sept, si tu comptes à partir de la date à laquelle nous nous sommes initialement inscrit.e.s au circuit). Cette période de préparation nous a permis d'acheter des vêtements de pluie neufs, de la tête aux pieds, de sécher tous nos repas et de les emballer sous vide, de décider de la distance que nous devrions parcourir chaque jour et des camps où nous resterons, et de nous assurer que tous nos sacs étaient également équipés de protections contre la pluie. Nous avons également suivi les prévisions météorologiques de la semaine dernière : 15-25 mm de pluie et d'averses orageuses prévus pour chacun des sept prochains jours. On s'y attendait.

Nous découvrons déjà que la météo affecte tout et que nous ne pouvons nous préparer que si nous savons ce qui va arriver. La première leçon est facile : voici à nouveau la pluie.

À ce stade, on est juste heureux de commencer le circuit avec des bras en pleine forme, un joyeux groupe de quatre ami.e.s et rien d'autre que des lacs du Caribou Wilderness devant nous. Le rêve canadien. Nous traversons les eaux calmes du lac Kibbee, admirant les nuages bas et détrempés qui passent à travers les arbres alors que nous entamons notre deuxième portage vers le lac Indianpoint : notre premier vrai défi.

La pluie parvient à se retenir pendant que nous nous lançons à nouveau dans le nouveau plan d'eau, nettement plus grand. Seulement cette fois, les eaux sont loin d'être calmes. Le fait de commencer tard dans la journée nous a désavantagé.e.s face aux vents ascendants qui descendent des montagnes et entraînent l'eau dans une direction particulière - contre nous. Nous poussons, pagayant férocement contre le vent et les vagues pour atteindre l'autre côté de la baie. Nos conditions de pagayage idéales sont en train de disparaître et le seul objectif est d'atteindre le rivage pour pouvoir maintenir notre vitesse et préserver notre énergie.

IMG 0458

Pause. Nous nous arrêtons dans un camp vide le long de la rive nord d'Indianpoint et prenons quelques barres granola pour refaire le plein. C'est un joli petit coin juste au bord de l'eau et semble être un endroit idéal pour camper à quatre, mais nous avons l'ambition d'atteindre le troisième lac afin d'avoir un coup de pouce pour demain. C'est aussi là que nous avons notre première leçon de prévisions météorologiques immédiates (ou "skywatching" comme on aime l'appeler). Nous découvrons déjà que la météo affecte tout et que nous ne pouvons nous préparer que si nous savons ce qui va arriver. La première leçon est facile : voici à nouveau la pluie.

En sautant dans nos bateaux cette fois, nous boutonnons tous nos vêtements de pluie et couvrons nos provisions qui sont rangées au milieu du canot. Tout le monde est silencieux sous la pluie, à part le bruit des gouttes de pluie qui frappent l'eau et des gouttelettes qui glissent sur nos couches extérieures imperméables. La seule chose que nous avons en tête est de pousser jusqu'au portage. La pluie frappe plus fort que nous ne le pensions. Le tonnerre et les éclairs commencent à se former alors que nous arrivons au bout du lac - ce n'est jamais bon signe d'être sur l'eau alors qu'un orage actif fait rage dans le ciel. Nous chargeons donc les canots sur les roues de portage et continuons à pied.

IMG 8233

C'est ici que nous nous retrouvons trempés. S'il y a un moment dans cette traversée de plusieurs jours où on a oublié tout ce qu'on a appris à l'entraînement, c'est bien pendant ce portage. Le sentier pour chèvres imbibé de pluie, rempli de boue et couvert de flaques d'eau nous fait tomber à genoux alors que nous poussons notre embarcation à travers des racines cachées et de profonds sillons. Le tonnerre, les éclairs, la pluie battante et la volonté collective de survivre ressemblent à quelque chose que je n'ai vu que dans les films de guerre. Mais nous continuons, atteignant un camping délabré sur le bord marécageux du lac Isaac. À ce stade, la pause camping nous semble plutôt pas mal, mais on ne peut pas faire demi-tour.

En installant frénétiquement les bâches, les tentes et en accrochant les vêtements, nous faisons de notre mieux pour garder le reste de nos affaires au sec. Pour le moment, cependant, seuls nos sacs de couchage et les vêtements contenus dans nos sacs à dos sont en sécurité. Nous faisons un repas rapide de bœuf réhydraté avec du riz et établissons un plan de match pour le deuxième jour.

Il pleuvra toute la nuit et une bonne partie de la matinée suivante.

"Je ne pense pas que je serai à nouveau au sec un jour."

"Je n'arrive pas à croire qu'on ait signé pour sept jours de ça."

"Une cabane est notre seul espoir à ce stade."

Nous sommes complètement imbibé.e.s et trempé.e.s jusqu'aux os et c'est là l'étendue de nos conversations en ce matin de saturation. Hier soir, nous avons décidé qu'il serait dans notre intérêt de commencer la journée tôt, car les cabanes sont attribuées à la première ou au premier arrivé.e, et nous devons en obtenir une si nous voulons une chance de survivre au circuit.

La pagaie de sept kilomètres à 7 h du matin semble interminable et nous faisons de notre mieux pour rester optimistes. À mi-chemin de la cabane, la pluie s'arrête enfin et alors que nous arrivons, un couple d'Allemands est en train de charger son kayak pour partir. Nous n'aurions pas pu arriver à un meilleur moment - c'est un transfert classique. La cabane semble assez petite et abandonnée, mais pour nous, c'est un véritable havre de paix : un endroit sec où nous pouvons allumer un feu et nous préparer pour le reste du voyage. Nous profitons de la journée pour nous détendre et nous ressourcer. Le soleil perce même et nous profitons d'un coucher de soleil au bord du lac pendant que l'eau s'évapore de nos affaires détrempées à l'intérieur de la cabane.

Pendant le reste du circuit, la pluie va et vient, mais nous ne subissons pas le même sort que ce premier jour. Cette première étape du voyage a été un test de nos capacités physiques et mentales, ainsi qu'un témoignage de ce que nous pouvons surmonter lorsque nous avons un objectif en tête. Mais au final, nous avons appris que tu peux te préparer à tout et pourtant ne pas être prêt.e pour ce qui se passera réellement.

Avant de partir, le couple allemand nous a expliqué son processus d'entraînement et nous a demandé quels lacs ou circuits nous avions pagayés pour nous préparer au grand voyage. Ce à quoi nous avons répondu avec assurance : "Aucun. Nous sommes des Canadien.ne.s".

À lire aussi

L'auberge HI Québec dévoile un tout nouveau look

En vrai, ça mérite de se vanter un peu.

04.06.24
...

Comment se préparer à l'été comme un.e Canadien.ne en manque de soleil

Techniquement, c'est pas encore l'été, mais on va faire semblant.

21.05.24
...

Voyageuse queer et féminine: un récit honnête de l'impact de mon identité en voyage

À cause des voyages, je réfléchis plus profondément maintenant aux choses qu'on doit faire pour rester en sécurité en tant que personnes queer.
21.05.24
...