5 fois où j'ai retrouvé ma foi en l'humanité en voyageant seule

30.09.20

Être une jeune femme de couleur en 2020 peut être épuisant. Que tu sois à l'école ou au travail, il semble qu'il soit impossible d'échapper au sexisme et au racisme occasionnels et de devoir constamment prouver sa valeur. Ce genre d’expériences existe même en voyage. Par contre, malgré ces obstacles, je me suis retrouvée dans des situations qui m'ont rappelé que le monde est rempli de bonnes personnes. Voici cinq fois que ma foi en l'humanité a été restaurée lorsque je voyageais seule.

1. La fois où un étranger m'a rendu mon téléphone

Il y a deux choses que je crains le plus lorsque je voyage : l'une est de perdre mon passeport, l'autre est de perdre mon téléphone. Si j’étais bloquée sans mon passeport, mon téléphone serait ma vie ; j'en ai besoin pour à peu près tout, de l'enregistrement de mes vols à mes réservations de très dernière minute. Ainsi, quand je suis descendue à la station de l'aéroport d'Atlanta, mon cœur s'est presque arrêté quand j'ai réalisé que j'avais oublié mon téléphone dans le train.

Mon cerveau était embrouillé alors que j'essayais de penser à mes options. Devrais-je attendre de voir si le même train allait revenir et si le téléphone serait à bord ? Devrais-je essayer de rejoindre le département des objets perdus pour parler à un employé de l'aéroport ? Après 10 minutes de tergiversations, j'ai décidé de demander à quelqu’un de me laisser utiliser son téléphone pour appeler le mien. Une fille qui a vu le désespoir dans mon regard était heureuse de me prêter son téléphone.

J’ai composé mon numéro et la sonnerie a retentit une fois, deux fois, et la troisième fois, juste au moment où je perdais espoir, j'ai entendu une voix dire « bonjour ? » Je crois que j'ai presque pleuré de soulagement ! J’ai non seulement récupéré mon téléphone, mais j'ai aussi réussi à prendre mon vol à l'heure. Crois-moi, je ne descends plus d’un train sans avoir vérifié mes poches. 

2. La fois où j'ai eu un souper gratuit (au fameux Lou Malnati's de Chicago !)

Lors de mon voyage à Chicago l'automne dernier, je n’avais qu’un objectif en tête : goûter à la fameuse deep dish pizza de chez Lou Malnati’s. Je n’avais par contre pas anticipé l'énorme file d'attente à laquelle j’allais devoir faire face. Mais j'étais déterminée à goûter à ce plat typique de Chicago et je devais savoir si la pizza était à la hauteur de sa réputation.

Il faisait très chaud, et au bout d'une heure, j'étais fatiguée, en sueur et prête à rentrer à mon auberge. À un moment, le couple devant moi s'est retourné et m'a offert un peu d'eau. En buvant l'eau, j'ai remarqué que le mari portait un t-shirt de Star Wars. Étant moi-même une grande fan de Star Wars, je l’ai complimenté sur son t-shirt, ce qui a donné lieu à une grande discussion sur nos personnages préférés et sur la série dérivée The Mandalorian. Lorsque j'ai mentionné que je visitais la ville et que je n’avais encore jamais goûté à une deep dish pizza, ils m'ont donné de très bons conseils sur quelle pizza essayer et sur quoi faire à Chicago. Le temps de notre discussion, la file s’est écoulée et c’était finalement à mon tour. Lorsque je suis allée commander et payer ma pizza, j'ai découvert que mes nouveaux amis avaient déjà payé la mienne ! Ils ont insisté car c'était ma toute première deep dish et ils voulaient rendre l'expérience mémorable - mission accomplie ! 

Freepizza1

3. La fois où quelqu'un m'a fait sentir que j'étais la bienvenue

Donc, en plus d'être sud-asiatique, je suis aussi musulman. Cela signifie que lorsque je voyage, je ne mange que de la nourriture halal. La plupart des gens ne le remarquent pas ou ne se soucient pas de le demander. Une fois, j'étais assise dans un café à Banff quand la serveuse et moi avons entamé une conversation. Je lui ai dit que je ne mangeais que de la nourriture végétarienne parce que j'avais du mal à trouver de la nourriture halal.

Elle a immédiatement sorti son bloc-notes et m'a dit qu'elle revenait tout de suite. Elle est allée parler à un collègue et est revenue avec une liste de cinq endroits dans le coin où je pouvais trouver de la nourriture halal. Comme elle n'était pas musulmane, j'ai vraiment apprécié qu'elle sache ce qu'est la nourriture halal et j'ai fait l'effort d’aller dans l’un des endroits qu’elle m’avait recommandé. C'était un si petit geste, mais le fait qu'elle ait pris le temps de me faire part de ses recommandations m'a rendu vraiment heureuse.

4. La fois où on m’a sauvé d’un moment gênant 

J'aime les nouvelles expériences et essayer de nouvelles activités. J'étais à Montréal pour la semaine et j'ai vu qu'il y avait une visite guidée pour aller explorer la caverne de St-Léonard. Je n'avais jamais fait de spéléologie auparavant, alors je me suis dit pourquoi ne pas essayer... à Montréal !

Le groupe était rempli de couples, donc j'étais prête à me sentir comme la énième roue du carrosse. La plupart d'entre nous n'avaient jamais fait de spéléologie, hormis un couple. Ils ont vu que j’avais des difficultés et ont décidé de m'aider. Ils m'ont pris sous leur aile, m'ont donné des trucs et se sont assurés que je n'étais pas laissée pour compte. De plus, comme c'était la première fois que je participais à une activité organisée du genre, je ne savais pas qu'il était d'usage de donner un pourboire à son guide une fois l’activité terminée. Mon nouveau couple d'amis m'a non seulement aidé à traverser les grottes, mais ils se sont assurés que je savais exactement combien donner de pourboire au guide, ce qui m'a évité une situation malaisante. Comme quoi, un peu de gentillesse peut faire beaucoup de bien !

Spelunk

5. La fois où de nouveaux amis m'ont aidé à surmonter une peine d'amour

Avec ses collines, ses magnifiques couchers de soleil et ses tramways, San Francisco est une ville des plus romantiques. Mais pas pour moi. Je venais d’arriver à l’auberge HI San Francisco quand le gars avec qui je sortais depuis quelques mois m'a laissé par message texte. Dire que j'étais surprise et que j'avais le cœur brisé serait un euphémisme. La magie de San Fran était ruinée. J'étais là, seule, ma meilleure amie à des milliers de kilomètres, sans aucun moyen de me réconforter.

Je m'apprêtais à me vautrer pour les trois jours suivants à l’auberge quand l’autre voyageuse dans ma chambre est entrée. Il lui a fallu moins de dix minutes pour me faire vider mon sac, et l'instant d'après, je me joignais à un groupe d'autres voyageurs qui n’avait qu’une mission : me faire rire. Durant les jours qui ont suivi, nous avons exploré les rues de SF où nous avons mangé de délicieux sushis, visité le Golden Gate Bridge et assisté à des spectacles de drag. Le voyage a fini par être l'un des meilleurs de ma vie. J'ai peut-être perdu mon copain au cours de ce voyage, mais je me suis fait des amis pour la vie.

***

C'est normal de se sentir vulnérable lorsqu'on voyage seul, et je recommande toujours de prendre de bonnes mesures de sécurité. Mais c'est également important d'être ouvert à de nouvelles expériences et à de nouvelles rencontres. C'est difficile d'ignorer tout ce qui ne va pas dans le monde, mais lorsque tu sors de ta zone de confort, tu découvres aussi que le monde est profondément bon.

À lire aussi

5 fois où j'ai retrouvé ma foi en l'humanité en voyageant seule

2020, c’est pas l’année du siècle. Mais il y a encore beaucoup de bonnes choses dans le monde.

30.09.20
...

Road trip au Québec : deux torontois nous racontent leur aventure

Culture, crêpes et dépaysement. Aucun passeport requis.

28.09.20
...

12 choses dont on s’ennuie quand on est coincé à l’extérieur du Canada

Après avoir choisi de rester en Équateur, la nostalgie s’est emparée de moi.

25.09.20
...